Ingrid Daubechies, IMU's president

La mathématicienne belge Ingrid Daubechies (professeur à Princeton) est la nouvelle présidente élue de l'Union Internationale de Mathématiques (IMU), où elle prendra la succession de László Lovász (qui vient de recevoir le Prix de Kyoto) le 1er janvier 2011. Entre deux conférences du Congrès International des Mathématiciens, cette spécialiste de la transformée en ondelettes a répondu à quelques questions sur ses nouvelles fonctions.

 

Quel est le rôle de l'IMU ?

L'IMU regroupe les associations nationales de mathématiques qui désirent y adhérer. Outre l'organisation du Congrès International, dont elle désigne le président du comité de programme, elle a principalement deux fonctions : - favoriser les liens entre les mathématiciens qui font de la recherche et ceux qui s'occupent d'éducation (y compris dans le secondaire), - créer un climat favorable à l'avancement et à la transmission des mathématiques dans les pays en voie de développement, et notamment faire croître la communauté mathématique de ces pays. En effet, non seulement cela est primordial pour y faire émerger des mathématiciens de talent, mais cela contribue aussi au développement technologique de ces pays.

 

Est-ce que le fait d'avoir organisé l'ICM 2010 en Inde, par exemple, a un impact pour les mathématiques de ce pays ?

Chaque pays qui organise l'ICM en retire un avantage. Sa communauté mathématique y trouve un atout politique, un argument pour peser à l'intérieur du pays. Elle y gagne également en termes de visibilité, notamment pour attirer les jeunes. L'ICM permet de faire venir à moindre frais un grand nombre de mathématiciens d'envergure, y compris pour assister aux événements satellites qui ont lieu avant ou après le Congrès.

 

Vous êtes la première femme présidente de l'IMU. Pensez-vous que cela puisse avoir un quelconque impact ?

J'espère que oui. Cela peut être stimulant pour les jeunes femmes. Ici, plusieurs femmes indiennes sont venues me voir. Elles avaient étudié mon travail et semblaient tirer davantage de plaisir à savoir qu'il s'agissait de l'oeuvre d'une femme. De grands obstacles subsistent encore dans certains pays pour que l'opinion accepte l'idée que les femmes peuvent faire des maths. J'espère que le fait que la présidente de l'IMU soit une femme contribuera à l'érosion de ce genre de préjugés.

 

Qu'espérez-vous accomplir durant votre mandat ?

J'ai évoqué précédemment les principales fonctions de l'IMU. Pour moi elles sont toutes essentielles donc j'espère vraiment me rendre utile sur tous ces points. J'espère aussi améliorer la visibilité de l'IMU afin qu'elle puisse accomplir ses missions de manière plus efficace. Enfin, l'IMU doit contribuer à donner une vue d'ensemble des actions menées dans le monde en faveur des mathématiques, afin qu'une expérience ayant fonctionné dans un pays soit également profitable à d'autres et que chaque initiative ait finalement plus d'impact.

 

Cette interview d'Ingrid Daubechies a été précédemment publiée sur le blog Chroniques d'Hyderâbâd consacré au dernier Congrès International des Mathématiciens (ICM 2010) : http://hyderabad.over-blog.com/