Michael Harris et son équipe récompensés

La Fondation Simone et Cino del Duca de l'Institut de France décerne chaque année un Grand Prix scientifique.

Pour l’édition 2009, il concernait les mathématiques et leurs applications.

Le jury, constitué de membres de l'Institut de France, a choisi de récompenser l’équipe de Michael Harris, professeur à l’Université Paris-Diderot et chercheur à l’Institut de Mathématiques de Jussieu, pour son projet de recherche ambitieux sur les Représentations automorphes et représentations galoisiennes.

 

Michael Harris

Michael Harris est un théoricien des nombres, spécialiste des formes automorphes, qui sont des généralisations des séries de Fourier utilisées dans l’étude de phénomènes périodiques. Il travaille sur le programme de Langlands, un domaine de recherche initié par Robert Langlands en 1967, qui cherche à unifier la théorie des nombres avec des techniques qui trouvent leurs origines dans la physique classique et quantique. 

Depuis Evariste Galois (XIXe siècle), l’étude des équations à coefficients rationnels (par exemple x5 + 37x4 ? 1 = 0) est intimement liée à celle des groupes, ce qui induit une nouvelle façon de comprendre la structure profonde d’une telle équation. Le programme de Langlands établit entre autres une symétrie entre d’une part la théorie de Galois et d’autre part la théorie des formes automorphes.
Michael Harris travaille aujourd’hui au sein du projet formes automorphes de l’Institut des Mathématiques de Jussieu, qui est l’incarnation actuelle d’une tradition qui, depuis 40 ans, a fait de Paris un des centres mondiaux de recherche sur le programme de Langlands. Des progrès considérables y ont été réalisés ces dix dernières années sur ce programme.

Michael Harris a notamment démontré, en collaboration avec Laurent Clozel, Nick Shepherd-Barron, et Richard Taylor, la Conjecture de Sato-Tate, qui permet une approche statistique des solutions des équations cubiques (équations du type y2 + y = x3 + x). (Il a obtenu, avec Richard Taylor, le prestigieux Prix Clay pour ces travaux.) Les travaux actuels des membres de l’équipe des formes automorphes visent à généraliser les résultats récents pour permettre de traiter des équations de dimension supérieure.
Par ailleurs, les membres du projet formes automorphes sont en train de rédiger une série de livres sur les techniques du programme de Langlands qui devraient servir de référence de base à la prochaine génération d’étudiants.


Le Prix a été solennellement remis le 10 juin 2009 à 15h sous la Coupole de l’Institut de France (23 quai de Conti Paris 6e).

Pour en savoir plus sur Michael Harris : people.math.jussieu.fr/~harris/

Pour en savoir plus sur le Prix : www.institut-de-france.fr